Comment rendre son smartphone plus accessible ?

Rendre votre smartphone plus accessible

Si l’utilisation des nouvelles technologies, et plus spécifiquement celle des smartphones, est devenue une habitude pour bon nombre de Français, elle n’est pas une évidence pour chacun d’entre nous.

Effectivement, les fonctionnalités ne sont pas toujours optimisées pour répondre à un besoin particulier, comme cela peut être le cas pour une personne handicapée.

Toutefois, des progrès ont été faits en la matière, facilitant de plus en plus l’accessibilité aux smartphones et à leurs applications.

Après avoir expliqué ce qu’est un smartphone accessible et qui cela concerne, nous vous proposons un panorama des solutions pour rendre votre téléphone mobile plus accessible.

Qu’est-ce qu’un smartphone accessible ?

Avec le développement des smartphones, qui supposent généralement l’utilisation d’un écran tactile, de nombreux consommateurs auraient pu être laissés de côté.

Les téléphones mobiles à clavier avaient, en effet, l’avantage d’avoir des points de reliefs pour les personnes aveugles et malvoyantes. Ils existaient aussi avec des touches plus larges, ainsi qu’avec une écriture plus imposante pour les seniors. La démocratisation de l’écran tactile aurait donc pu être discriminatoire envers cette population.

Pourtant, le smartphone est désormais considéré comme un moyen efficace de réduire ces inégalités d’accès à la nouvelle technologie.

L’ARCEP a, par exemple, signé une charte avec les opérateurs téléphoniques, dans le but de faciliter l’accès pour les personnes handicapées à la téléphonie mobile et aux services de communication.

Cela se traduit notamment par l’intégration d’applications dans les systèmes des smartphones, comme une synthèse vocale, des retours haptiques et sonores, ou encore une fonctionnalité d’exploration au toucher.

Qui est concerné ?

Si tous les utilisateurs sont concernés par l’accessibilité aux nouvelles technologies, certains profils sont particulièrement visés, afin de leur assurer une inclusion maximale et une offre de services égale à celle des autres usagers.

L’accessibilité numérique est initialement associée aux personnes touchées par un handicap, quelle que soit la nature de ce dernier.

  • Déficience visuelle : daltonisme, cécité, rétinopathie, ou encore vue insuffisante.
  • Handicap moteur : difficultés de préhension et de contrôle des mouvements, incapacité à utiliser un clavier ou à enchaîner des mouvements séquentiels…
  • Handicap mental ou cognitif : problèmes de compréhension, de réflexion, de mémoire et de perception.
  • Troubles dys : dyslexie, dysorthographie, dysphasie, dyspraxie, etc.
  • Déficience auditive : surdité et ouïe insuffisante.

Par la suite, cet objectif d’inclusion s’est étendu aux seniors, dont les capacités tendent à diminuer au fil des années.

Enfin, les utilisateurs sans handicap sont également concernés par l’accessibilité numérique. Cela a notamment un impact sur leur expérience d’utilisation, qui se voit significativement simplifiée par tous ces progrès technologiques.

Quelles solutions pour rendre un smartphone accessible à tous ?

L’accessibilité numérique est une pratique d’ores et déjà développée sur le marché des smartphones.

·        Synthèse vocale

Dès 2009, Apple a intégré un lecteur d’écran nommé Voice Over. Cette initiative a rapidement été suivie par son concurrent direct, Google, qui a lancé TalkBack pour les téléphones Android. Ces deux fonctionnalités ont pour rôle de fournir des commentaires audio, afin d’utiliser un téléphone sans avoir à regarder son écran.

Dans le même domaine, des applications indépendantes ont été développées pour faciliter le quotidien des aveugles et malvoyants. C’est le cas, par exemple, de Be My Eyes, Blind Squareet Seeing AI.

Pour les utilisateurs dont la capacité visuelle est limitée, mais suffisante pour lire, des outils sont mis à leur disposition, dans le but de rendre leur expérience d’utilisation plus agréable : loupe, contraste visuel, ou encore couleurs optimisées.

La synthèse vocale est également utilisée dans l’exploration au toucher. Cette technique consiste à expliquer ce qui se trouve sur un écran, après avoir touché les différents éléments qui le composent, sans pour autant déclencher leur exécution.

·        Assistance vocale

Pour compléter la synthèse vocale, les utilisateurs des smartphones peuvent avoir recours à l’assistance vocale. Chez Apple, cette fonction s’appelle Siri, tandis que chez Google, elle répond au nom de Hey Google.

Ces services permettent d’utiliser différentes fonctionnalités, en y accédant grâce à sa voix. De ce fait, les personnes aveugles ou malvoyantes peuvent bénéficier des nombreux avantages des smartphones, sans avoir à effectuer de manipulations complexes.

Pour simplifier encore plus votre quotidien, ces assistants vocaux font des suggestions proactives, afin d’anticiper vos actions.

·        Sous-titrage instantané

Les smartphones proposent également une fonctionnalité de sous-titrage instantané des contenus vocaux. Cela peut être mis en place rapidement et est applicable à tous types de médias : vidéos, podcasts, appels téléphoniques, ou encore messages audio.

Cette pratique est principalement à destination d’un public sourd ou malentendant. Néanmoins, les utilisateurs sans handicap peuvent également en bénéficier si leur environnement ne leur permet pas d’écouter les contenus comme bon leur semble.

·        Assistance pour la saisie de texte

La saisie de texte n’est pas laissée de côté non plus. Les développeurs de smartphones ont pensé à des astuces pour la rendre plus intuitive :

  • retour vocal sur le clavier virtuel ;
  • dictée vocale ;
  • connexion d’un clavier traditionnel ou braille avec le Bluetooth.

Les smartphones et leurs applications sont donc des outils redoutables pour faciliter votre quotidien.

Pour simplifier votre vie administrative, faites confiance à Digiposte et à son coffre-fort numérique.

Passeport biométrique : Tout savoir sur les démarches à suivre

Bonnes pratiques pour limiter son impact numérique

Bonnes pratiques pour limiter son impact numérique