Le b.a.-ba du diagnostic financier 

Tout savoir sur le diagnostic financier de votre entreprise
Tout savoir sur le diagnostic financier de votre entreprise

Le diagnostic financier est comparable en tout point au bilan de santé que vous effectuez une fois par an chez le médecin. Mais attention, si cette opération est facultative, il s’agit de la seule solution existante si vous souhaitez faire le point sur la santé financière de votre entreprise. Quels en sont les objectifs ? On vous dit tout.

Les bases du diagnostic financier

Pourquoi et comment ?

Le diagnostic financier est un outil qui permet d’analyser les performances passées et présentes de votre entreprise. Et ce, quel que soit votre secteur d’activité. Il peut être établi dans le cadre d’un état des lieux général de votre société, ou indépendamment – étude sectorielle et concurrentielle, diagnostic des Ressources humaines, de production…

Pour réaliser le diagnostic financier de votre activité, plusieurs données entrent en ligne de compte :

  • votre environnement économique et sectoriel ;
  • vos éléments comptables (compte de résultat, bilan, trésorerie, plans de financements, etc.).

Ces informations vous permettront d’établir une comparaison avec vos pairs et vos concurrents, et de tirer des conclusions et enseignements de vos précédents exercices.

Quand faut-il réaliser un diagnostic financier ?

Outil de pilotage utile au quotidien, le diagnostic financier peut être réalisé à tout moment pour :

  • Vérifier la solvabilité et les perspectives de croissance d’une entreprise dans le cadre d’une cession ou d’un rachat ;
  • Présenter votre entreprise à de nouveaux investisseurs et rassurer les établissements financiers ;
  • Identifier les leviers de redressement financier (en particulier pour les entreprises en mauvaise posture).

L’exception qui confirme la règle

Si de manière générale, le diagnostic financier est facultatif, il existe un cas dans lequel il s’avère obligatoire, à savoir lors d’un redressement judiciaire ou une liquidation.

Qui est concerné ?

Le diagnostic financier peut servir à tous les échelons.

  • En tant que dirigeant, il vous permettra de comprendre et piloter l’évolution de votre activité et la rentabilité de votre entreprise.
  • Il vous servira aussi de support pour dialoguer et négocier plus facilement avec vos partenaires financiers (actionnaires, investisseurs, banques…).
  • Enfin, en cas de difficulté financière, il vous permettra d’être totalement transparent vis-à-vis des premiers concernés : vos salariés.

Les objectifs diagnostic financier

Au-delà de réaliser un état des lieux précis des comptes de votre entreprise, le diagnostic financier porte plusieurs objectifs majeurs. À l’issue, vous devez pouvoir y retrouver quatre informations essentielles :

  1. la solvabilité de votre entreprise ;
  2. votre rentabilité ;
  3. vos perspectives de croissance ;
  4. les leviers d’amélioration.

#1 Estimer la solvabilité

La solvabilité, c’est la capacité de votre entreprise à être autonome sur le plan financier, et à faire face à ses obligations financières – honorer ses dettes, par exemple.

Comment mesurer votre capacité à accomplir vos obligations financières ?

Votre degré de solvabilité repose sur une analyse fonctionnelle du bilan comptable. Le principe : comparer les ressources (qui constituent le passif, c’est-à-dire les capitaux propres et les dettes) et les emplois (l’actif, autrement dit, tous les biens et droits de l’entreprise – bâtiments, fonds de commerce…). L’idée est d’identifier la provenance des fonds et d’étudier leur utilisation.

Les secrets du bilan fonctionnel

Les entrées financières de votre entreprise sont réparties en quatre cycles de comparaison :

  • durable : investissements durables et financements stables (capitaux propres, amortissements, etc.) ;
  • exploitation : stocks, créances et dettes relatives à l’exploitation ;
  • hors exploitation : dettes et créances  ;
  • trésorerie : comparaison entre trésorerie active (soldes créditeurs et autres concours bancaires) et passive (liquidités, comptes bancaires créditeurs, placements, etc.).

Pour un suivi rigoureux de ces cycles, il est essentiel d’établir un plan de trésorerie.

Comment démontrer l’autonomie financière de votre entreprise à court terme ?

Pour prouver l’indépendance financière de votre entreprise, il faut analyser votre bilan fonctionnel. Comment ? En séparant vos fonds de roulement (FR) et votre besoin en fonds de roulement (BFR).

Mais comment calculer le poids de votre BFR ? Utilisez la formule est la suivante :

⇒ Stocks + Créances (clients et autres) – Dettes non financières = BFR

Là encore, le plan de trésorerie vous sera bien utile : il vous permettra d’anticiper des risques majeurs, à l’instar d’un solde de trésorerie négatif !

#2 Connaître la rentabilité

Pour connaître la rentabilité de votre entreprise, vous devrez vous référer à votre compte de résultat, et plus précisément aux SIG (soldes intermédiaires de gestion). Ces derniers comportent trois indicateurs à ne pas perdre de vue dans le cadre de votre diagnostic financier :

  • la valeur ajoutée (et donc la richesse brute créée avant la rémunération des salariés) ;
  • l’EBE (pour excédent brut d’exploitation), qui permet de savoir si votre entreprise génère, de façon autonome, des excédents de trésorerie.

À partir de cette analyse et de ces calculs, vous serez en mesure de calculer d’autres indicateurs clés :

  • vos marges (commerciale ou de production) ;
  • votre seuil de rentabilité ;
  • votre capacité d’autofinancement (CAF).

La CAF, un indicateur à ne pas négliger

Votre CAF permet d’effectuer divers calculs. On s’y réfère notamment pour mesurer votre capacité à rembourser un emprunt. Comment ? En divisant votre endettement net par votre CAF (capacité de remboursement = endettement net/CAF).

#3 Identifier les perspectives de croissance

Les perspectives de croissance vous permettent de comprendre comment vos ressources financent les emplois de votre entreprise. Leur identification repose sur l’étude de vos tableaux et votre plan de financement.

Ces tableaux peuvent être établis sur un ou plusieurs exercices passés. En vous y référant, vous comprendrez facilement l’évolution de la structure du bilan de votre entreprise. Le petit plus ? Ils sont particulièrement révélateurs quant à l’utilisation des ressources pour le financement des emplois.

Le plan de financement, quant à lui, consiste en une projection de votre activité sur quatre ou cinq ans. Cette analyse vise à évaluer les besoins financiers (BFR, pour besoins en fonds de roulement) et matériels de votre entreprise. À l’issue, l’objectif est de déterminer comment ils seront financés.

Le ROE pour mesurer la rentabilité économique

En vous penchant sur vos perspectives de croissance, vous obtiendrez le ratio bénéfices / capitaux propres (ROE, pour return on equity). Cet indice vous permettra de mesurer la rentabilité économique de votre entreprise, et d’anticiper d’éventuels problèmes de trésorerie !

#4 Identifier les leviers d’amélioration

Le diagnostic financier a pour but de définir des ratios en fonction d’objectifs précis :

  • la gestion des flux de trésorerie ;
  • le financement de votre activité ;
  • l’efficacité de votre modèle économique.

Là encore, ces ratios sont obtenus grâce à l’analyse du bilan et du compte de résultat de votre entreprise.

Optimiser la gestion des flux de trésorerie

La gestion des flux de trésorerie se matérialise par le délai de rotation des stocks, des crédits clients ou fournisseurs… Lorsqu’elle est optimisée, vous êtes en mesure de régler les curseurs entre trésorerie entrante et sortante.

Optimiser le financement de votre activité

En vous appuyant sur le bilan comptable, vous êtes en mesure de jauger trois éléments :

  • indépendance financière (capitaux propres/capitaux permanents) – qui vous permet de détecter une insuffisance de fonds propres ;
  • liquidité générale (actif circulant/passif circulant) – pour savoir si vous pouvez assumer vos dettes à court terme (si le ratio est supérieur à 1) ;
  • couverture des emplois stables (capitaux permanents/actif immobilisé) – qui vous indique si vos ressources stables financent le BFR (dans le cas d’un ratio supérieur à 1).

Optimiser l’efficacité de votre modèle économique

Vos performances financières peuvent être mesurées grâce à votre compte de résultat. Il vous aidera à prendre des décisions majeures, qui impacteront vos finances à moyen et long terme. En outre, vous pourrez :

  • rationaliser la différence entre prix de vente et coût d’achat (taux de marge = taux de profit réalisé/coût d’achat) ;
  • évaluer les performances du personnel (productivité = chiffre d’affaires, valeur ajoutée ou EBE/nombre de salariés) ;
  • définir la répartition de la valeur ajoutée (charges financières/valeur ajoutée).

À chaque entreprise, son propre diagnostic financier. C’est la raison pour laquelle, à l’instant où il est réalisé, il est important de prendre du recul sur la situation (santé, compte de résultat, etc.), et de garder en vue les objectifs. En cas de besoin, n’hésitez pas à vous faire assister par un expert comptable.

Quels documents sont nécessaires pour s’inscrire en études supérieures ? 

Combien de temps doit-on conserver les documents importants ?